h1

Je T cherchée (32 et FIN)

août 22, 2011

– ÉPILOGUE –

Eden frissonne dans la pièce impersonnelle et grave. Nathan n’a pas dit un mot depuis leur arrivée. Il reste le front appuyé sur la vitre glacée, les yeux rougis. Elle le sent tendu.

« Tu n’es pas responsable, lance-t-elle tout bas, résolue.

Un silence s’étire douloureusement.

– Je n’en reviens toujours pas, finit-il par murmurer, en se tournant vers elle. Comment a t’elle pu nous mentir pendant toutes ces années ? Pourquoi s’est-elle inventé une amie alors qu’elle avait une famille ?

– Je ne sais pas.

– Créer une personne, son caractère, son entourage, son histoire. Pourquoi ?

– Je ne sais pas.

– Papa savait que rien de tout ça n’était vrai.

– Il l’a toujours su.

– Alors il n’aurait pas du la laisser s’enfermer dans ce mensonge.

– Il a pensé bien faire.

– Pourquoi il ne nous a rien dit ?

– Il savait qu’elle n’aimerait pas. Il la connaissait par cœur. Il la devinait. Il savait toujours ce qu’elle préférait, ce qu’elle souhaitait, ce qu’elle pensait… Sauf, peut-être, ce soir-là.

Le regard de Nathan s’échappe à nouveau au-delà de la vitre. Quelques flocons se sont remis à tomber doucement.

– Je n’aurais jamais du lui poser toutes ces questions, mais je voulais comprendre…

– Tu n’es pas responsable ! Elle… Maman était malade, d’une certaine façon. Elle cherchait à combler un vide. Je ne sais pas lequel. Et peut-être même qu’elle non plus ne savait pas de quel vide elle souffrait. Je crois que Papa a compris. Il ne dira jamais rien, tu le connais, puisqu’elle n’a rien dit, ni rien laissé entendre. Mais il a compris. Finalement, je me demande si ce n’est pas lui qu’elle cherchait désespérément.

– Comment ça ?

– Peut-être qu’elle cherchait un soutien. Tu sais, comme un ami intime à qui l’on peut tout dire et qui comprend tout. Peut-être qu’en fait elle cherchait ce qu’elle avait devant les yeux sans le voir.

– Papa ?

– … Tu as raison, c’est ridicule.

Le silence s’installa de nouveau.

– Vous allez repartir cette semaine avec Summer et les filles ?

– Oui.

– Il va falloir s’occuper de Papa.

– Je sais.

À ce moment, la porte s’ouvre sur Dany qui s’arrête sur le seuil, voûté et chancelant. Sans se concerter mais d’un même élan, Eden et Nathan traversent la pièce et entourent leur père. Eden glisse un bras sous le sien, Nathan l’entraîne doucement par l’épaule. Dany les regarde à tour de rôle et esquisse un demi-sourire.

« ça y’est. Il faut y aller. »

Dehors, le corbillard manœuvre, laissant des traces bien nettes sur le tapis blanc. Un peu plus loin, Adrien tient Daïna bien serré dans un  petit manteau vert et orange. Summer réchauffe Paige qui s’est blottie contre elle, en lui frottant vigoureusement les bras et le dos de ses mains gantées. Faith et Nayana s’amusent timidement à faire des dessins dans la neige du bout de leurs bottes. Si elles ont compris qu’elles ne  la reverraient plus, il leur faudra sans doute quelques années de plus pour qu’elles réalisent que c’est cette grand-mère qu’elles auront assez peu connue qui l’avait décidé. Devant les enfants, Eden et Nathan n’ont pas évoqué le suicide de Sandrine, mais juste son « départ ».

Serrés les uns contre les autres, Dany, Eden et Nathan les rejoignent d’un même pas lent. D’un même chagrin troublant.

FIN

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :