h1

C comme…

mars 22, 2011

Cafard

Ça y est. Il est de nouveau là. Pourtant, elle s’était bien promis de ne plus le laisser approcher. Mais, rien à faire. Il finit toujours par revenir. Et la plupart du temps, elle ne le voit même pas arriver…

Alors qu’il y a presque invariablement les mêmes indices : l’hiver, l’obscurité, la fatigue, les nerfs à vif. Et une seule phrase suffit. Une remarque. Un mot. Soudain, la voie, tracée chaque instant avec une obstination appliquée, se brouille. L’avenir s’écaille, le présent tangue et les souvenirs offensent. Le cœur se serre sur une pensée enlisée. Les certitudes s’émoussent ; même la quiétude de la neutralité s’échappe.

Comme un mur aveugle
À tous rêves de lumière
Son âme se tait

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :