h1

Je T cherchée (26)

février 15, 2011

Elle avait passé un bac pro de peintre en bâtiments, mais ne voulait pas être aliénée à son travail, même s’il lui plaisait énormément. À vingt ans, elle avait eu Zélia et prit la décision de faire passer sa famille et ses enfants avant tout, quitte à ne pas rouler sur l’or. De ce fait, elle ne travaillait qu’en intérim, et seulement quand elle en avait envie ou besoin. Quoiqu’il advienne, sa priorité restait le bien-être de la cellule familiale.

Comme elle y était résolue elle-même, elle m’incitait à déculpabiliser et à savourer chaque minute pour ce qu’elle apportait. Elle partageait mes découvertes, effaçait mes doutes, soulageait mes angoisses. Elle s’inquiétait de mes moments de solitude quand Dany devait s’absenter, parfois le samedi. Alors, elle débarquait à la maison, avec Stéphane et les enfants, et nous partions tous pour une foire artisanale, un salon littéraire ou une fête à thème.

Nous étions en plein carnaval, au milieu d’une foule hurlante et survoltée, quand elle a eu sa première alerte.

Parmi les animations, le carnaval n’est pas celle que je préfère, loin s’en faut. Il en était de même pour Sonia. Mais les enfants aimaient courir après les chars gigantesques et colorés, se noyer dans la musique assourdissante et lancer des pluies de confettis. Aussi, nous avions décidé d’en faire un seul chaque année. Ce dimanche, il ne faisait pas très beau. Février restait engourdi et il nous avait fallu une sacrée dose de motivation pour braver le froid à sortir dans les rues. Stéphane, grippé, était d’ailleurs resté au chaud. N’étant pas plus entreprenante l’une que l’autre quant à la conduite automobile, nous avions dû garer la voiture assez loin et nous avions déjà beaucoup marché pour rejoindre le défilé. Sonia était un peu pâle et paraissait fatiguée, mais elle en avait plaisanté quand je lui avais fait remarquer. Pourtant, après une bonne demi-heure d’immersion assourdissante, elle m’avoua qu’elle ne se sentait pas bien. Il nous fallait rebrousser chemin et rejoindre la voiture à contre courant d’une marée humaine bien échauffée malgré le froid hivernal.

•••

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :