h1

Haïku

janvier 5, 2011

Non-non ! Y’a pas d’offense ! (Du moins, je l’espère !!!)

Le Haïku est un court poème d’origine japonaise. Sa définition exacte, surtout pour une occidentale comme moi, n’est pas forcément simple à donner (ni à comprendre d’ailleurs !).  Il est traditionnellement construit en 17 syllabes (5-7-5). Comme toute forme poétique, il transmet des émotions, mais de l’ensemble doit se dégager ce que certains appellent un « esprit haïku », procédant de vécu, de ressentis, d’impressions puisant leur essence dans la nature.

Considérée comme une des grandes poétesses japonaises, Chiyo Fukumasuya, dite la nonne Chiyo, (1703 – 1775) a composé beaucoup de haïkus. On dit qu’elle a écrit son premier poème à l’âge de six ans ! En glanant sur la toile, j’ai été très touchée par ceux que j’ai pu lire et notamment ces trois-là :

Le liseron du soir –
la peau d’une femme
au moment où elle se découvre

Au parfum des fleurs
je ne montre que mon dos –
changement de robe

Sur le ruisseau
Elle court après son reflet
La libellule

Beaucoup d’européens s’y sont essayés et continuent d’y trouver un excellent format dans lequel exprimer leurs inspirations.

Alors, bien sûr, la poésie, ça n’est pas mon rayon. Mais c’est toujours de l’écriture. Et si, je ne vais pas me lancer à étaler ici mes rimailleuses tentatives (je rime ailleurs, forcément !), j’assume tout de même mon premier haïku :

Une nuit d’amour
Abandonnée sur l’asphalte
… Souvenir blessé

Avec seulement 17 syllabes, je prends peu de risques… Quoique…

Publicités

2 commentaires

  1. Bonjour,

    Commencer l’année entrante par de la poésie, même courte, est une attention agréable. Surtout en citant une poétesse et non-pas le sempiternel, mais très agréable Bashō.

    Je considère le haïkun, et ses cousins Tanka & Haïbun, comme des instantanés écrits, l’instant bref d’une pensée, d’un souvenir ; en ce sens, le haïku composé dans ce billet est vraiment porteur d’image.

    Plus surprenant est la dernière ligne  » Avec seulement 17 syllabes, je prends peu de risques… Quoique… « , elle en contient quasiment un. Un haïku pour « assumer-justifier » d’en avoir écrit un autre, il y a des péchés plus grands.

    Jan Peire


    • Merci pour ce délicieux commentaire qui titille mon ego et m’invite à la récidive !!!



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :